• Rabòday, un style musical consternant?

    by  • 22 mai 2017 • Billets, Haïti, Musique • 0 Comments

    Rabòday (prononcée «ra-bo-da-ye»), un genre musical qui devient partie intégrante de la playlist de musique d’ambiance en soirée. Vous ne passerez pas une journée à Port-au-Prince et dans ses environs sans que vos oreilles ne soient titillés par les rythmes du rabòday. Pourtant, ce style musical est considéré comme un danger pour la société haïtienne…

    Le rabòday est un style musical né à quelques lustres des années 2000. C’est un mélange de rara et d’autres rythmes traditionnels d’Haïti avec le house music.

    Tony Mix et Vag Lavi, deux noms très connus par les amateurs de rabòday. Tony Mix est d’ailleurs le premier DJ spécialisé dans ce style musical de sorte qu’il devient une référence dans le domaine. Cette tendance musicale, considérée comme un afro local, possède ses propres beats et ses rythmes spécifiques.

    Les refrains, les slogans, les chansons de Tony Mix, de Vag Lavi, de NG Mix, sont presque sur toutes les lèvres. Très plébiscité, ce style musical séduit les couches populaires. Un son qui résonne dans les hauts-parleurs des tap-tap, des motocyclettes et à l’occasion des journées récréatives.

    Pour danser le rabòday, il suffit de sentir la musique et de twerker. Le rabòday suscite les déchaînements des moralistes qui qualifient les amateurs de ce rythme nouveau de génération pourrie. Mais encore, entre ces deux générations, il y a ceux qui ne sont pas de la vieille école mais qui s’estiment trop formés pour se laisser entraîner dans cette « dépravation« .

    • Vidéoclip (musique et paroles) de Tony Mix pour avoir une idée du style musical

    Je vous invite sans plus tarder à voir la vidéo complète de son clip :

    Le rabòday et ses sujets qui fâchent

    Les artistes rabòday font le choix conscient d’écrire des chansons qui abordent des sujets tabous. La femme est sujet d’actualité dans la plupart des textes. Il y a ceux qui trouvent les paroles de ces chansons carrément dénuées de sens, d’autres les trouvent trop crus.

    Qu’en est-il exactement? Les avis sont partagés sur la question et c’est compréhensible. Les féministes et pro-féministes se sentent indignés par l’image de la femme dépeinte à travers ces chansons dans lesquelles les femmes haïtiennes sont dévalorisées, abaissées et peu appréciées, selon leurs nobles avis. Au fond, toutes les femmes ne sont pas visées. D’abord, celles qui pratiquent le commérage et l’infidélité. Ensuite, celles qui se blanchissent la peau. Enfin, celles qui favorisent la beauté physique au détriment de la connaissance intellectuelle. Pour toutes ces raisons, le rabòday est considéré comme un danger pour la société haïtienne.

    Cerise sur le gâteau, Tony Mix a été nommé ambassadeur culturel de Carrefour en juillet dernier par le nouveau maire fraîchement installé. Il ne manquait que ça. Les « intellectuels » du pays sont montés au créneau pour élever la voix contre un prix décerné pour encourager l’obscénité et la « médiocrité ». Ils ont déposé environ 1500 signatures sur petitions24.net ! On s’accrochait à son dictionnaire pour mieux comprendre la définition du mot « culture ».

    On dit souvent que la musique c’est l’identité culturelle d’une société. Tellement de questionnements ont agité les esprits sur le fonctionnement de la société, le rôle important des parents dans l’éducation familiale. Tout le monde cherche à qui la faute.

    Si l’on se réfère au quotidien haïtien et à notre culture du tabou, on peut comprendre la construction de la réalité sociale dénoncée et toute la polémique suscitée par cette nomi.

    About

    Je suis Garens JEAN-LOUIS, Haïtien. J’ai une formation de base en linguistique. Je suis un passionné des sciences humaines, de la photographie et des petits plaisirs de la vie. J'aime dire tout haut ce que les autres pensent tout bas.

    http://infrarouge.mondoblog.org/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *