Accueil » DSM de Wedly Mozeau de Règleman Afè Popilè

Règleman Afè Popilè
📷 Wikimedia images via Pixabay

DSM de Wedly Mozeau de Règleman Afè Popilè

Annoncé sur les réseaux sociaux depuis lundi, Wedly Mozeau de « RÈGLEMAN AFÈ POPILÈ» nous a livré son projet solo baptisé DSM. Notamment, le membre du groupe de rap engagé, à travers les voix emblématiques de Vanessa Jeudi, KEB, et autres, insuffle un nouveau tournant dans leur lutte contre le système étatique. « Pile 14 », « Jeyografi », « Pòtoprens » figure parmi les titres qui touchent la plaie du doigt. Mais, pas que ça ?

Règleman Afè Popilè
Compte Facebook du groupe

DSM, un témoignage de reconnaissance ?

En fait, qui dit lutte dit alliés. En effet, la mouvance estudiantine s’organise autour de la camaraderie.

On retrouve Konpè une collaboration avec Mawon Ann di en sixième position.

 » Lè pran lari, nou montre leta ki bwa nou chofe ».

Puisqu’on doit s’attendre à des dommages dans une lutte,

« Mwen ba ou laj mwen, yon jan pou lavi m pa pi kout ».

Agir pour changer l’ordre des choses

Si les rappeurs traditionnels assoient leur popularité sur des clashes ou beefs, Wedly Mozeau de « RÈGLEMAN AFÈ POPILÈ» vise une toute autre perspective.

« Nou pa nan bif rapè, se sou leta nou lonje gun nou ».

En tout cas, telle est la précision apportée dans « Pile 14 ». En fait, à combat égal, armes égales. Le membre du groupe qui utilise le rap conscient dénonce la campagne de dénigrement, le mensonge utilisé par l’État contre les étudiants engagés. Cela va-t-il les arrêter? Oh que non ! Ils sont prêts à braver les interdits sociaux et relever les défis.

« Malgre prensip sosyete a, se chak jou m’ pile katòz ».

À travers « Jeyografi » avec la voix de Ed Daliriks, l’hypocrisie sociale est dénoncée. Entre dire et faire, l’illusion créée à exister dans différents systèmes politiques du monde.

«Al mande Maduro, se medya ki envante kriz la.
Se swa pèp ou kenbe zam, oswa l’ap ret tann kris la…»

En effet, la classe des opprimés doit agir pour changer son destin sinon elle risque de croupir à jamais dans la misère.

À vous d’en juger !

Personnellement, j’ai appris ce mélange de jazz et de rap dans quelques morceaux. « Gran chimen » pourrait bien impose cette tristesse à ceux qui ont grandi avec une grand mère.

Comme dit l’adage, il n’est pas de vent pour celui qui ne sait pas où il va. Effectivement, pour savoir où l’on va, il faut se souvenir d’où l’on vient. Vous comprendrez toute l’importance de « Sous » une collaboration de BOC, 35 Zile et Oh Bebe.

« Sosyete ki kale m nan […] Pran pou sanzave ».

« Nou sòti lwen, nou mache lontan ».

« Back to the roots ».

Finalement, vous tirerez vos propres conclusions et appréciations.
Écouter DSM par Règleman Afè Popilè #np sur #SoundCloud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *