Haïti ou la descente aux enfers

Article : Haïti ou la descente aux enfers
14 février 2019

Haïti ou la descente aux enfers

Classée parmi les pays les plus pauvres du monde, Haïti vit actuellement une crise socioéconomique sans précédent.

Depuis le 7 février dernier, une grande partie de la population haïtienne investit les rues de différentes villes du pays pour exiger le départ du 58e président de la République. Élu à coups de promesses chimériques, M. Jovenel Moïse est vivement décrié au bout de sa deuxième année au pouvoir.

L’homme aux abords du pouvoir n’est pas l’homme au pouvoir

Présenté par son prédécesseur Michel Joseph Martelly, Jovenel Moïse, novice en politique, a fini par remporter les dernières élections démocratiques. Le poulain du chanteur fait président semblait ne pas pouvoir s’exprimer sans son mentor à ses débuts de campagne. Cependant, une fois au pouvoir, l’homme d’affaires surnommé « Nèg Bannàn nan » (l’homme des bananes) s’est rapidement démarqué de sa bannière politique pour prendre son autonomie.

L’ancien Président de la Chambre des Commerces de son département natal tenant les rênes du pouvoir s’est fait une popularité en raison de la production de bananes exportées vers l’Allemagne et autres destinations. La population affamée a-t-elle vu dans le candidat le sauveur qui apaisera sa faim ?

La canaille révoltée

Depuis tantôt une semaine, la population exige le départ immédiat de l’actuel président haïtien. Fier et obstiné, M. Moïse semble afficher le profil d’un homme qui n’abandonnera pas le pouvoir. Jusqu’ici les transports en commun restent paralysés, les portes des écoles restent fermées.

Haïti vit une misère noire. Les prix des produits de première nécessité montent au jour le jour. Dans ce pays-ci, les manifestations pacifiques n’ébranlent personne. Certaines fois, les manifestants recourent à la violence et subissent en retour la répression policière. Les 6 et 7 juillet 2018 ont engendré une situation chaotique à l’annonce de la montée du prix de l’essence. Depuis ces émeutes, la décote du dollar américain par rapport à la monnaie locale ne cesse de croître. Un plat chaud coûte plus que le prix d’une heure de travail dans une entreprise dite prestigieuse en Haïti. Le président, qui a déjà changé de premier ministre, n’a pas apporté de résultats concrets. Lui faudra-t-il plus de temps ? La population ne souhaite abdiquer sous aucun prétexte. Pour certains, les promesses de campagne du président ne sont qu’un tissu de mensonges.

Un avenir incertain en Haïti

Jadis surnommée la Perle des Antilles, Haïti vit les pages les plus noires de son histoire. À l’école, on nous apprend à être fiers d’un passé glorieux lointain. Notre histoire est certes marquée par l’instabilité politique. Aujourd’hui, j’ai l’impression que le pays est une poudrière. Les politiques nous promettent une nouvelle Haïti. À l’opposé, on assiste à la fuite de nos cerveaux vers d’autres horizons.

Haïti
Pixabay

Personnellement, je ne me vois pas donner naissance dans ce « pays de merde » pour reprendre les mots de Donald Trump. Dégouté par la classe politique haïtienne, le peuple préfère laisser son destin entre les mains d’amateurs en politique. À quand le rêve haïtien (Haitian Dream) ? Personne ne le sait !

Partagez

Commentaires