Accueil » Journée mondiale de l’orgasme : jouir et laisser jouir

orgasme
Denis Bocquet via Flickr

Journée mondiale de l’orgasme : jouir et laisser jouir

Depuis 2006, on célèbre la journée mondiale de l’orgasme lancée à l’initiative d’une association anglo-saxonne, la « global orgasm ». Selon ses deux fondateurs, si nous faisions tous l’amour en même temps, une vague d’ondes positives envahirait le monde. Hihi !

Je suis Haïtien. Tout carrément, je vous dis que chez moi parler de sexualité reste et demeure un sujet tabou à nul autre pareil. Même pour désigner les parties intimes, dans notre langue nationale, on se torture pour savoir qu’est-ce qui est linguistiquement correct. Dès lors, parler de sexualité est parfois considéré comme grossier, malséant, voire sale. L’hétérosexualité comme pratique sexuellement « normale » stigmatise bien souvent la femme. Une femme qui vit une sexualité épanouie est considérée comme une « salope« . Très peu de femmes avoueraient pratiquer la masturbation ou vouloir passer une nuit torride avec un homme.

Pour revenir à la thématique du billet, je me souviens à l’adolescence avoir parlé à une mère de plusieurs enfants. Elle avoue n’avoir jamais connu un orgasme dans sa vie jusqu’à la ménopause. Aussi inimaginable que cela puisse paraître, croyez-moi, c’est possible. Du temps de ma grand-mère, la femme était considérée comme une un récipient où l’on verse son liquide, un être inanimé. Ben. Des maris qui se contentaient seulement de satisfaire leurs désirs égoïstes sans se préoccuper du leur.

Même si ces femmes ne se sont jamais plaintes de la durée des relations sexuelles, cela ne voulait nullement dire qu’elles ne se sentaient pas frustrées et incomprises.

Orgasme
©Khusen Rustamov via Pixabay

Actuellement, après l’argent et l’incompatibilité de caractère, l’insatisfaction sexuelle est une des causes majeures des divorces et des séparations.

Heureusement, nous assistons à une nouvelle génération de femmes qui revendiquent une sexualité libérée et hors des tabous. Franchement, ne les qualifiez pas de tous les noms, messieurs.

L’orgasme multiple au masculin

Sincèrement, il faut une meilleure compréhension de la sexualité féminine. Les comportements sexuels des hommes diffèrent de ceux des femmes. Il faut un peu plus de temps à une femme pour atteindre l’acmé  de son plaisir, contrairement à un homme.

Avec ce détail pertinent à l’esprit, un couple peut s’entendre. Malheureusement, de nombreux hommes souffrent d’éjaculation précoce. 🙈

Orgasme
©Sasin Tipchai via Pixabay

Néanmoins, les gars, vous pouvez suivre un traitement médical et contrôler votre alimentation. Mieux encore, vous entraînez à laisser/faire jouir vos femmes, amantes ou SF*.

« L’ego masculin peut-il encaisser le fait de ne pas savoir faire jouir une femme ? Je ne pense pas. »

Vanessa, 21 ans

(Propos recueillis sur Vice)

Dans son livre HOW TO MAKE LOVE ALL NIGHT (AND DRIVE A WOMAN WILD), la docteure en sexologie, Barbara Keesling apporte une méthode nouvelle pour améliorer nos performances. Pour la traduction française parue aux Éditions Albin Michel, Comment faire l’amour toute la nuit, vous découvrirez ce bijou, chers lecteurs francophones.

Auriez-vous déjà entendu parler du muscle pubo-coccygien (PC)? C’est le muscle qu’on utilise pour arrêter la montée d’urine dans la vessie. Trois fois par jour, contractez vingt fois votre PC. Tenez la contraction une ou deux secondes, puis relâchez. C’est tout. Respirez normalement pendant les contractions. Pratiquez cet exercice trois fois par jour, pendant trois semaines. N’en faites pas trop. À condition de travailler régulièrement, le training PC apporte des gratifications immédiates.

Un homme multiorgasmique est capable de conserver son érection même après avoir joui, et de continuer à faire l’amour.

Mesdames, réclamez votre droit de jouir

Trop souvent, des femmes ont feint de jouir juste pour le plaisir d’un éjaculateur précoce.

Je ne saurais expliquer cette magie qui se passe dans le corps féminin au moment de la jouissance. Mais, j’ai ma petite idée si j’en crois ma SF*. On dirait qu’elles ont cette sensation bizarre de vouloir pisser. Mais, croyez-moi, la pisse ne viendra pas. Du moins, pas avant la giclée acide, si je me fie à mes expériences.

Je ne suis pas encore tombé sur une femme fontaine. Mais, on ne sait jamais.

Orgasme
©Khusen Rustamov via Pixabay

Orgasme et éjaculation : quelle différence ?

Certainement, chez l’homme, l’orgasme et l’éjaculation ne sont pas forcément simultanés. Ce sont deux phénomènes distincts dont les plaisirs peuvent être dissociés. Pourtant, la plupart des hommes ne conçoivent pas l’orgasme sans éjaculation.

Votre corps est unique et réagit à sa manière unique. Par exemple, tandis que la plupart des hommes atteignent l’orgasme multiple en retardant l’éjaculation, certains sont capables d’avoir des éjaculations partielles ou même totales sans perdre leur érection.

Alors, mes cher.e.s lecteur.rice.s, la vie nous offre de bons moments. Homme ou femme, autant prendre son pied…

*SF : abréviation du mot « Sex Friend ». Ce sont tout simplement des amis qui ont des rapports sexuels, sans relations amoureuses émotionnelles. Pour aller plus loin, ce sont quelquefois des personnes qui ont peur de s’engager, de souffrir et de se séparer et qui sont donc persuadées qu’elles peuvent se suffire à elles-mêmes.

5 commentaires

  1. Andeve dit

    Merci pour ce très bel article 😉 Moi je ne cesserai jamais de réclamer mon droit de jouir. Tabou ou pas. Devergondée ou pas. C’est MON DROIT. Tant pis pour ceux qui ne comprennent pas. Lol. Good job! Bravo.

  2. Rubyx dit

    Super article et excellent sujet, effectivement les femmes doivent se battre pour tout leur droit même pour celui de jouir, ce qui est dingue en 2018. Et pourtant malgré une société en apparence libérée sexuellement, une femme qui recherche le plaisir passe pour une « salope » alors qu’un homme qui cherche seulement à se « vider » ne passe pas pour un chien. Nous avons le droit au plaisir nous aussi et dans un couple c’est important de penser aux besoins de sa partenaire, par exemple ne pas oublier les préliminaires car une femme a besoin de plus de temps pour atteindre l’orgasme. Nous ne sommes pas fait pareil, c’est une question de partage, et ça ne doit plus être tabou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *